Les autres raisons du choix de la ville de Verdun

 

  • Fixer le plus grand nombre possible de forces françaises sur un champ de bataille bien déterminé.

 

  • Obliger l'Etat-major français à engager ses réserves pour empêcher la prise de la place de Verdun, ce qui aurait dans l'opinion publique française un effet désastreux.

 

Comment ?

 

  • Attaquer sur une zone limitée ce qui présente un double avantage : utiliser des effectifs limités et donc éviter de trop dégarnir les autres fronts, renforcement de la puissance de feu.

 

  • Employer intensément l'artillerie avec une technique de hachoir ou "Trommelfeuer" : l'artillerie lamine en profondeur les lignes ennemies et permet à l'infanterie d'occuper le terrain. En outre, cette tactique favorise la suppression des traditionnels combats d'infanterie.

 

  • Varier le rythme de l'offensive dans le but d'attirer et de détruire les réserves ennemies.

 

Il s'agit donc pour les Allemands de reprendre l'initiative des opérations sur le front occidental et de mettre la France hors de combat.

 

Pourquoi les Allemands décident de lancer une attaque sur Verdun?

 

L’offensive de Verdun présente de multiples avantages du point de vue stratégique :

 

  • la poche constituée par le saillant facilite également une attaque par les flancs et de front. Comme la Meuse coupe en deux cette poche, les Français seront contraints de se battre le dos au fleuve ; la défense française serait comme prise dans une nasse.

 

  • les collines entourant la place de Verdun offrent des positions idéales pour contrôler le secteur et bombarder la ville. La présence de forêts profondes et de bois permet d'acheminer, dans une relative discrétion, hommes et matériels, notamment en Woëvre. Au reste, d'excellents observatoires naturels sont déjà aux mains des Allemands : Crête de Romagne, Jumelles d'Ornes...

 

Les Allemands n'ignorent pas non plus, grâce à leurs réseaux de renseignement, que la place forte de Verdun est très affaiblie par le désarmement des forts et le retrait des garnisons décidé en août 1915 par l'Etat-major français... L'offensive doit permettre de réduire le saillant, " point d'appui le plus puissant ". C'est de là qu'une attaque française pourrait être déclenchée afin de " rendre intenable le front allemand "; de plus, le saillant menace les voies de communications allemandes proches d'à peine 20 km et semble présenter " un danger d'une grande importance militaire".

 

Les Allemands ne craignent pas devoir redouter une contre-attaque française en raison de la faiblesse des communications de Verdun avec l'arrière : les liaisons ferrées avec Chalons et Nancy sont coupées, de même que la voie ferrée reliant Verdun à Sainte-Menehould, coupée à hauteur d'Aubréville. Il existe encore l'étroite voie ferrée, mal entretenue, tracée entre Bar-le-Duc et Verdun : le Meusien. En revanche, les Allemands disposent de 14 voies ferrées - dont 11 construites par leur soin - , ce qui facilite l'acheminement rapide des soldats et des matériels. En outre, ils peuvent s'appuyer sur l'arrière-pays industriel de Moselle, du Luxembourg ainsi que sur les bassins miniers du pays-haut lorrain.

 

Revenir